Développement Personnel

TÉMOIGNAGE——À TOI…

« Un ami fidèle, c’est un refuge assuré, celui qui le trouve a trouvé un trésor. Un ami fidèle n’a pas de prix, sa valeur est inestimable. Un ami fidèle est un élixir de vie que découvriront ceux qui craignent le Seigneur. » Livre du Siracide 6,5-17 ; Je prends le temps d’écrire ces quelques mots pour te rendre hommage à toi, ma plus fidèle amie.

      Je me décrirais comme quelqu’un d’introverti et très souvent “radical” sur les bords ; introverti dans le sens où je garde presque tout au fond de moi, mes joies et mes peines je les vis avec moi-même et difficilement avec autrui, j’ai toujours eu du mal à m’ouvrir à l’autre de peur de ne pas être comprise ou bien de l’ennuyer. Radical parce que d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours vue les choses en blanc ou en noir, en oui ou en non, l’à peu près n’était pas de mon ressort, chose qui m’a quelque fois causé préjudice en grandissant parce que j’avais du mal à faire des compromis. Vous vous doutez bien que ces deux traits de ma personnalité ne m’ont pas beaucoup aidé à tisser des relations d’amitié sincères parce que pour peu que quelqu’un que j’affectionnais me faisait une “crasse” ou me blessait j’avais toujours tendance à me renfermer sur moi-même et prendre mes distances (avec du recul je reconnais que je n’aurais pas eu cette attitude dans certaines situations de ma vie , beaucoup de choses auraient été différentes dans mon présent, j’y ai travaillé et j’ai appris à souvent mettre de l’eau dans mon vin…) .

  Ma plus belle histoire d’amitié remonte à mon enfance, je devais être encore au primaire lorsqu’accompagnée d’une cousine du même âge que moi nous sommes allées en vacances chez les grands parents et j’y ai fait la connaissance d’une petite fille qui était mon aînée de 2 ans, une personne qui m’a marqué sur le champ. À cette époque je ne connaissais pas le lien de parenté que j’avais avec elle, il faut dire que ce genre de choses n’intéresse souvent pas les enfants. Ce fut les plus belles vacances de ma vie et j’en garde encore des beaux souvenirs. Quelques années plus tard j’apprends à travers des discussions familiales indiscrètes que la petite fille en question est ma grande sœur, j’étais très surprise parce que je n’avais jamais entendu parler d’elle en tant que ma sœur ainée. Les grandes vacances qui suivaient nous nous sommes encore retrouvées les trois petites filles du début à passer les vacances ensemble. Cette fois ci nous étions plus des petites filles mais des adolescentes et la complicité était toujours pareille et bien mieux encore je dirais. La rentrée scolaire suivante, elle revint à la maison et fut inscrite dans un lycée différent du mien. La complicité qu’on avait dès le début n’a fait que s’intensifier avec le temps, du retour des classes nous avions un petit rituel où après avoir fini les travaux ménagers s’il y en avait, on se couchait et se racontait chacune notre journée.

   Nous étions très liées, c’était le bonheur pour moi parce que je vivais avec ma meilleure amie . Elle connaissait tout de moi et moi tout d’elle(je peux me permettre de l’affirmer). À l’opposé de moi elle était extravertie et c’est la seule à qui je m’ouvrais en toute quiétude et sans retenue. Nous étions tellement liées que, à la maison ce qui s’appliquait pour elle était valable pour moi aussi, si l’une faisait une bêtise on nous mettait dans le même panier et nous grondait à deux. 

Je me rappelle d’un jour où elle est rentrée tard des classes et avant son retour maman avait déjà déversé toute sa colère sur moi convaincu que j’étais au courant de tout et je couvrais ma sœur. Pourtant, en toute honnêteté, ce n’était pas le cas ; la tension était tellement palpable à la maison et tous les regards rivés sur moi que j’ai dû quitter la maison et aller l’attendre en route, dès qu’elle m’a vu elle a vite fait un briefing sur les mésaventures de sa journée et moi de lui dire : « prépare-toi parce que c’est “chaud” à la maison (lol). » Je me rappelle encore qu’une fois papa nous observait dans nos séances de “ papotages ”quotidien après il a souri en nous demandant je cite : « pourquoi vous n’êtes pas nées jumelles une fois », on s’est tous mis à rire et puis il est parti. 

Parlant de naissance, je l’ai dit plus haut qu’elle est mon aînée de deux ans mais ça que j’ai oublié de dire c’est que nous sommes nées le même mois et presque le même jour, il y avait juste 24heures de différence sur nos dates d’anniversaire, du coup on le fêtait souvent ensemble.

  Comme toute relation on avait aussi nos bas, on se boudait souvent, on ne se parlait plus pendant des jours ; chacune restait dans son coin et après quelques temps on se ré apprivoisait, retrouvait notre complicité et rattrapait le temps perdu. Tout ceci sans s’expliquer sur le problème de départ (on pouvait passer une nuit blanche juste à se raconter tout ce qui s’est passé pendant la période de temps où on ne se parlait pas lol).

  Une fois à l’université à cause de nos cursus scolaires différents on a dû être séparées dans deux régions différentes, chose qui était très difficile à vivre pour moi, on se joignait par téléphone mais ce n’était pas pareil ; à chaque fois qu’on se retrouvait on avait droit à notre « veillée papotage ». En début 2016 elle est tombée malade et s’est éteint le 11 Mai 2016. Aujourd’hui, 11 Mai 2020 fera exactement 4 ans qu’elle est partie et je profite de ce témoignage sur l’amitié pour lui rendre hommage à elle, la belle amie qu’elle a toujours été pour moi.

  À toi ma Sœur, mon amie, ma confidente je ne pense pas t’avoir dit à quel point je t’aimais de ton vivant. Aujourd’hui tu me manques terriblement, tu étais quelqu’un que j’admirais beaucoup, battante, indépendante, généreuse et sûr d’elle. Même après 4 ans je t’attends toujours comme si tu allais rentrer, la douleur est toujours aussi grande. Toutefois j’ai eu la grâce de passer tes deux dernières semaines sur terre avec toi, je n’oublierai jamais la dernière nuit qu’on a passé ensemble, même dans ta maladie tu étais celle qui consolais et donnais du courage aux autres. Ma prière c’est que tu aies trouvé le repos auprès de l’Éternel. Je t’aime pour toujours et à jamais.

Ta sœur, Sorelle.

Sophia

admin@sophiakendrick.com
Traductrice-Rédactrice de profession, l'écriture est une grande passion pour moi. Je suis également intéressée par le Leadership Féminin ainsi que la mode et le style.

Commentaires

mai 11, 2020 à 10:56

Je ne m’attendais pas à une fin si triste! Beaucoup de courage à toi en ce jour . Je pense qu’elle te console toujours de là où elle se trouve



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *